dimanche, juin 26 2005

SCO tar vs GNU tar

Au boulot, nous utilisons SCOServer. Oui, je sais, c'est pas bien mais ce n'est pas moi qui décide de ça.

Jeudi dernier, nous avons eu un petit problème. Nous effectuons nos sauvegardes avec l'outil tar et, malheureusement, le tar de SCO ne conserve que les fichiers dont le nom (avec le chemin) fait moins de cent caractères. Au-dessus, c'est un fichier non sauvegardé. Évidemment, nous avons perdu des fichiers ; évidemment, nous avons été incapable de les récupérer à partir de la sauvegarde. 100 caractères pour le chemin et le nom du fichier, c'est totalement aberrant.

Comme ce problème est connu depuis trop longtemps, j'ai décidé, pas très fier, de compiler GNU tar sur SCO. Cela fonctionne sans problème : configuration, compilation, installation... tout se fait sans modification. À l'utilisation, pas de problème non plus. Nous sauvegardons, du coup, beaucoup plus de fichiers (11% en plus...).

L'idée de faire bénéficier SCO d'un logiciel libre me colle des boutons mais, là, il fallait bien résoudre ce grave problème. « Philosophiquement », ça me dérange de faire cela. Mais j'estime que cela fait aussi partie de mon boulot de faire profiter l'entreprise dans laquelle je travaille de mes connaissances. Il n'empêche que cela me fait poser quelques questions sur cette entreprise. Cela fait bientôt huit ans que j'y bosse. À ma connaissance, ce problème était connu bien avant que je n'arrive. Toujours à ma connaissance, GNU tar a toujours été insensible à la taille du chemin et du nom des fichiers sauvegardés. Pas un dans ma boîte n'a pensé à corriger ce problème. Pas un ne connaissait l'existence d'un « autre » tar. Ça m'inquiète. Surtout que ce n'est pas le seul exemple que je peux avoir d'une méconnaissance profonde d'Unix et de ses variantes.