Mot-clé - jussieu

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, août 27 2004

Comment installer une Debian en cinq heures

Quelques ingrédients sont nécessaires :

  • une vieille machine, qui ne vous appartient pas, dont vous voulez fermement conserver les données et qui date d'avant la première guerre mondiale (si vous n'avez pas, vous pouvez aussi prendre un Celeron 900 Mhz avec 128 Mo de RAM) ;
  • deux disques durs, un à formatter, l'autre à ne pas formatter car il contient des données essentielles à la survie de l'espèce humaine (ou tout du moins à la vôtre) ;
  • quelques heures inutiles.

La recette est assez simple mais demande un peu de minutie :

  • commencez par vérifier le contenu du premier disque en vous assurant avoir copié toutes les données vitales (style fichiers de configuration) dans le deuxième disque ;
  • tant que vous y êtes, n'oubliez pas de copier aussi les scripts et autres fichiers de sauvegarde ;
  • prenez un peu de temps pour vérifier que tout est prêt pour la séance de masochisme... une demi-heure de questionnement profond et d'angoisse réelle devrait suffire ;
  • placez le CDRom d'installation de Debian (la NetInst est parfaite si vous n'avez pas un modem 56k) ;
  • lancez la commande fatidique : « reboot » ;
  • premier écran Debian... vous entendez un « rohh c'est zoli » derrière vous, c'est bon, ça commence à prendre ;
  • les premières étapes sont simples (enter, enter, enter, ...) mais attention voici l'étape du formatage ;
  • là , ça commence à se complexifier ;
  • se poser beaucoup de questions sur la sûreté du deuxième disque (du style « on aurait peut-être dû le virer au cas où¹... », « au cas où quoi ? », « bin, un formatage malencontreux, une ré-écriture de la table des partitions, un tremblement de terre, une invasion de sauterelles, ... » ;
  • éteignez la machine ;
  • virez le deuxième disque (avec les dents car évidemment, il vous manque un tournevis) ;
  • redémarrez la machine ;
  • ah, crotte, « primary master boot failure »... ;
  • changez les straps de place ;
  • re-crotte, « primary master boot failure »... ;
  • rechangez les straps de place et profitez-en pour changer de connecteur ;
  • « primary master boot failure », on commence à connaître... ;
  • bon, remettez tout à sa place ;
  • ça démarre, cool ;
  • envoyez un gentil gars chercher un tournevis, huit étages plus bas, sans ascenseur, dans une cave humide, limite glauque et sans lumières ;
  • alors qu'il vient de passer la porte, se rendre compte que le tounevis n'est finalement pas nécessaire ;
  • enlevez le strap « Master », le second disque et relancez la machine ;
  • ouf, ça démarre ;
  • de nouveau, premier écran Debian... vous n'entendez plus rien derrière vous ;
  • les premières étapes sont simples (enter, enter, enter, ...) mais attention voici l'étape du formatage ;
  • demandez une proposition de partitionnement ;
  • supprimez toutes les partitions proposées car il y a un « /home » de 10 Go qui ne sert à rien, vu qu'il y aura le deuxième disque pour cela ;
  • finalement, faites deux partitions sans compter celle de la swap ;
  • petite attente pour le partionnement, le formatage, l'installation des packages de base ;
  • se rassurez en se disant que cela aurait pû être pire ;
  • redémarrez (sans le CD, sinon vous passez pour un âne) ;
  • appellez sa sœur en lui disant « si, si, l'install est finie... encore une demi-heure maxi et on part... » ;
  • petite config de base, apt-get et compagnie ;
  • apt-get install x-window-system kde cupsys samba ntp ;
  • foirez la configuration de xfree86 ;
  • quelques sueurs froides en n'arrivant pas à reconfigurer cette merde de serveur X ;
  • trouvez finalement comment désinstaller x-window-system pour pouvoir le réinstaller et, surtout, le configurer ;
  • deuxième « rohh, c'est bô... » (passer de KDE 2.1.2 à KDE 3.2.4 est assez convaincant) ;
  • arrêtez le système ;
  • non, ce n'est pas fini, l'arrêt est nécessaire pour remettre le deuxième disque ;
  • redémarrez ;
  • bizarrement, ça fonctionne (enfin, ça démarre plutôt) ;
  • montez le nouveau disque sur « /home » ;
  • e2fsck du deuxième disque apparemment mal démonté ;
  • copiez une ligne de fstab pour indiquer le deuxième disque et son point de montage ;
  • lancez « mount /home » et s'apercevoir qu'on a oublié de changer ext3 par ext2 ;
  • répondre à l'appel de votre sœur cherchant Ãàavoir quelques précisions sur l'heure du retour « car il va falloir commander des pizzas et qu'ils ne livrent plus après 22h... » ;
  • se rendre compte qu'en effet, il est plus de 22 heures, la rassurez (« pas de soucis, on est bientôt parti... ») ;
  • créez les utilisateurs, les groupes ;
  • associez les utilisateurs aux groupes (ou inversement) ;
  • ...

Je ne parlerais pas de la configuration de samba, de cups (qui s'est pourtant passé comme un charme avec cette imprimante USB), de la revue des scripts de sauvegarde, de l'installation de postfix et de toutes les autres petites joies de notre passe-temps favori.

Petite sœur, vraiment, je suis désolé... je pensais réellement n'en avoir que pour une heure...

mardi, août 24 2004

Petite visite à la fac de Jussieu

Je suis allé hier soir à la fac de Jussieu pour tenter de dépanner le serveur Linux de Jacques, le copain de ma soeur. Leur vieux serveur, une Suse 7.2, n'est vraiment plus à jour. Du coup, plutôt que de passer du temps à la remettre sur pied correctement, nous allons plutôt installer une Debian. Les mises à jour seront plus simples, seuls les paquets nécessaires seront installés (la Suse avait staroffice d'installé par exemple). Quant à la fac elle-même, j'avais eu des échos négatifs mais c'était encore pire que ce que je craignais... comment peut-on laisser des gens travailler dans ces conditions-là  ? Comment peut-on y laisser aller les étudiants ? Ça me dépasse complètement. Heureusement que les personnes y travaillant sont plus accueillantes que les locaux.

Du coup, je n'ai pas du tout bossé sur LFS hier soir. J'ai tenté de me rattraper ce soir mais sans grand succès... dix fichiers traduits (et pas les plus gros). La mise à jour est quand même disponible à l'adresse habituelle. Je viens d'apprendre que la version 6 devrait sortir d'ici un petit mois, ce qui me laisse le temps de terminer celle-ci, voire de traduire BLFS :)

Demain soir, je dois sans faute appliquer les relectures d'IlanBloch pour ABS-2.2. Je les ai reçus dimanche après-midi mais j'étais en plein traduction de LFS. Du coup, ça dure un peu... Toutes mes excuses à Ilan :-)