Mot-clé - Roschdy Zem

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, octobre 15 2006

« Indigènes »

Bon film avec une bonne histoire, mais vraiment mal exploitée notamment à cause des acteurs, très moyens (sauf peut-être Sami Bouajila qui campe un caporal tiraillé plutôt crédible). C'est dommage, une telle histoire méritait un bien meilleur traitement.

Voilà, on passe un bon moment sans plus.

mercredi, janvier 4 2006

« Le petit lieutenant »

Un bon film, un peu triste (enfin pas trop quand même, aurel :) ), mais une histoire intéressante et assez réaliste. Il est très juste dans son ton. De façon assez surprenante, il n'y a aucune musique et je ne l'ai même pas remarqué... je viens de m'en rendre compte en lisant les « secrets de tournage sur allocine.fr ». En tout cas, ce film policier change des séries policières françaises à la télé.

Et félicitations à Nathalie Baye qui est vraiment étonnante dans ce rôle de flic, à la fois perdue et sûre d'elle (mais surtout perdue... sauf quand elle est dans sa brigade).

lundi, janvier 3 2005

« 36, quai des Orfèvres »

Olivier Marchal nous offre là un très bon film. C'est certainement le meilleur film de flics que j'ai vu depuis un moment. « 36, quai des Orfèvres » est rapide, dense, très fort en émotion... mais aussi très noir.

Je connais Olivier Marchal depuis la série « Police District », série particulièrement noire qui n'a malheureusement pas survévu longtemps. Ce qui est franchement dommage étant donné la qualité de cette série par rapport à tous les autres navets que les chaînes françaises nous offrent. Si vous connaissez cette série, vous remarquerez dans ce film deux choses : la présence d'Olivier Marchal (commissaire dans la série, copain de Manou dans le film) et celle de Francis Renaud (le chien fou de la série a fait place à un autre chien fou pour ce film).

Je n'ai pas encore parlé des prestations des deux acteurs connus, Depardieu et Auteuil. J'ai bien aimé leur travail mais je ne pense pas qu'ils soient à l'origine du succès de ce film. À mon sens, tout le mérite revient au scénario, et donc à Olivier Marchal.