Mot-clé - Romain Duris

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, février 14 2007

« Molière »

Voyons déjà les premiers rôles : Romain Duris (j'adore), Fabrice Luchini (il m'énerve sévère ces temps-ci), Laura Morante (bien), Ludivine Sagnier (mouais), Edouard Baer (chouette). Je n'ai pas été déçu et même parfois bien surpris. Romain Duris est toujours aussi impressionnant, Fabrice Luchini m'a étonné (il n'a pas surjoué comme d'habitude, il fait plutôt preuve d'une retenue que je ne lui connaissais pas), Laura Morante n'a pas la possibilité de montrer son talent dans ce film, Ludivine Sagnier est bien peu visible, ce qui n'est pas un mal, et Edouard Baer est décevant. Voilà.

Maintenant que j'ai rhabillé tout le monde, le film. Amusant, vif, plein de rebondissements. J'ai beaucoup aimé. Ça tient à l'histoire mais surtout aux deux acteurs principaux, Duris et Luchini. Ils sont vraiment excellents. Le passage où Duris imite un cheval montre toute l'étendue de son talent.

Ne vous attendez pas à une biographie. C'est une fiction totale, mais brillante. J'adore le moment où Molière s'exclame, complètement bourré dans une brasserie : « Riez manants, bientôt viendra le temps où on ne parlera plus en français mais où on s'exprimera dans la langue de Molière » (euh, c'est certainement pas le texte fidèle, mais c'est au moins l'idée :) ). Et c'est un bonheur de voir la langue française utilisée avec autant de virtuosité, de savoir et d'intelligence.

Et puis, c'est toujours un plaisir de voir Annelise Hesme (uniquement dans deux mini-scènes mais quand même :) ).

mercredi, juin 29 2005

« Les poupées russes »

C'est incroyable à quel point on peut sentir qu'un film sera excellent dès les premières minutes du film. Le ton est alerte, les personnages ont l'air sympa. La musique est agréable, elle est même excellente tellement elle colle à l'histoire. L'histoire ne serait rien sans cette musique. Les effets visuels bien présents ne sont pas lourds mais apportent leur idée du film. Oui, dès les premières minutes, on peut savoir que le film sera excellent.

C'est ce qui m'est arrivé ce soir en allant voir « Les poupées russes ». Cédric Klapish a encore réussi une très belle histoire, humaine, sincère. Il a été bien aidé par son copain Romain Duris. Beaucoup d'autres bons acteurs sont de la partie, de Cécile de France à Kelly Reilly, en passant par Audrey Tautou.

Mais le plus important dans ce film, c'est l'histoire. Elle est bien plus intéressante et poussée qu'il pourrait y paraître. Bien que qualifié de comédie (ce qui est mérité dans le sens où je me suis vraiment bien marré), ce film met le doigt sur pas mal de questions que peuvent avoir des trentenaires. Notamment, Cédric Klapish raconte qu' « En fait, il y deux attitudes dans la vie : rêver et arrêter de rêver. Devenir grand c'est aussi arrêter de rêver. Par contre, c'est important de ne pas abandonner le rêve intégralement parce que sinon, on devient vieux avant l'âge, mais en même temps, il faut savoir ne pas vivre que dans un monde impossible. » C'est la problèmatique posée aux personnages principaux, dont Xavier (joué par Romain Duris).

À voir absolument. Notamment pour la scène des mains qui se parlent, très poétique et si vraie.

ps : je ne crois pas avoir assez insisté sur la musique... elle est grandiose... j'achète le CD demain :) ... pour les impatients, des extraits de la BOF (oui, je suis en train d'écouter ça).
ps2 : bien que ce soit la suite de « L'auberge espagnol », pas la peine de l'avoir vu pour passer un bon moment... j'en suis la preuve vivante.

jeudi, avril 7 2005

« De battre mon coeur s'est arrêté »

Alors là, j'ai beau cherché, je ne vois pas la violence dont j'ai tant entendu parler. Certes, ce n'est pas un film sur des enfants de coeur. Le personnage principal est un immobilier véreux, le genre à amener des rats, couper l'eau et l'électricité sans parler des coups de batte, tout ça pour récupérer un immeuble. Mais on voit peu de choses, peu de sang (au moins au début)... tout ce côté est beaucoup suggéré.

Reste le personnage, incarné par Romain Duris, un personnage fort, énigmatique et touchant. Sa passion pour la musique est extraordinaire, même s'il se comporte en salaud fini.

Un très bon film grâce à un très grand acteur.