Mot-clé - Natalie Portman

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, avril 15 2008

« À bord du Darjeeling Limited »

J'ai beaucoup aimé. C'est l'histoire de trois frères, un peu paumés, qui ne s'étaient pas revus depuis la mort de leur paternel. C'est un peu lent, très marrant, émouvant par moment. Les acteurs sont excellents. Natalie Portman est aussi douée que d'habitude, et Bill Murray toujours aussi rigolo.... tout ça malgré un tout petit rôle pour les deux.

Un des rares que j'aimerais bien le revoir.

La critique intéressante de Pascale.

samedi, décembre 29 2007

« My blueberry nights »

J'y suis allé à reculons, mais à tort. Le début du film n'est pas facile, mais on se laisse prendre à ce voyage initiatique. Évidemment, la musique du film est excellente (le « évidemment » est, évidemment, dû à Norah Jones). Vu qu'on parle de cette excellente chanteuse, je trouve qu'elle joue plutôt bien, c'est pas l'actrice du siècle mais avec un peu d'expérience elle peut devenir très bonne. Jude Law est magnifique comme toujours. Natalie Portman est... Natalie Portman, rien de plus à dire :)

Bref, des histoire intéressantes, des bons acteurs, une bonne musique... quoi de mieux pour finir mon année cinématographique.

jeudi, août 23 2007

« Les fantômes de Goya »

Ce film est une histoire partielle de la vie du peintre Goya. Le frère Lorenzo (l'acteur Javier Bardem, impressionant) fait arrêter la muse de Goya, Inès (fantastique Nathalie Portman). Goya dans un premier temps va laisser tomber Inès mais il cherchera à se rattraper. L'Espagne elle-même vit une période troublée : la féroce Inquisition, l'arrivée des troupes de Napoléon, puis celle des Anglais. La vie et l'oeuvre de Goya en seront fortement impactées.

Le côté qui m'a le plus impressionné, c'est ce peintre. On assiste même à tout le processus pour imprimer un de ces dessins. C'est incroyable de voir le nombre d'étapes nécessaires pour reproduire une simple gravure en noir et blanc. Sans parler du nombre de personnes impliquées. On assiste aussi à sa façon de travailler, que ce soit pour un tableau représentant la reine d'Espagne à cheval, un autre du buste d'Inès et des croquis pris dans la rue. La première scène est aussi très marquante : le Saint Office regarde un certain nombre de croquis de Goya pour savoir si ce dernier mérite un chatiment ou non. Les croquis sont particulièrement vivants, très descriptifs : ils dépeignent des choses horribles, mais malheureusement vraies.

Un autre point impressionnant, la torture. Plus ça va, moins je m'y fais. La scène où Inès est soumise à la question est difficilement supportable. On entend son corps craqué, c'est assez monstrueux.

Ne pas croire que le film est anti-clérical. Le sujet du film n'est pas l'Inquisition. Le film montre aussi bien l'inhumanité de certains religieux au moment de l'Inquisition. que celle des révolutionnaires français (qui n'hésitent pas à massacrer et violer, et qui font aussi dans les procès truqués, mises à mort, etc.). À ce sujet, lire la critique de philippl sur allocine.fr, qui a un point de vue très intéressant et que je partage. Lire aussi celle de SpeenySpook, deuxième commentaire après cellle de philippl.

Les acteurs sont plutôt bons. Nathalie Portman est la plus méritante dans son rôle de jeune femme de la bourgeoisie qui deviendra à moitié folle après un grand nombre d'années en prison. La sortie de prison est un grand moment où elle montre vraiment son talent d'actrice.

Le tout donne un film vraiment bon, avec une histoire fouillée et intéressante. À voir.

dimanche, juin 4 2006

« V pour Vendetta »

J'ai trouvé ce film excellent. L'histoire est brillante, les acteurs sont très bons, avec une mention spéciale pour Natalie Portman. On remarque aussi l'influence des concepteurs de Matrix sur certaines séquences. Attention, ce n'est pas vraiment un film d'action même si quelques scènes « à la matrix » le laissent supposer. C'est plutôt un film politique. Dans secrets de tournage, certains propos de Natalie Portman sont rapportés : « Dans ce film, V est davantage une idée qu'une personne. On peut abattre un homme, mais pas un concept. V incarne la vérité, la résistance et l'individualisme, une forme d'idéalisme politique étroitement mêlée à des pulsions vengeresses. »

Natalie Portman m'impressionne de plus en plus dans le choix des films où elle joue. Il me semble qu'elle a une conscience politique indéniable qui la rapproche beaucoup de certains acteurs engagés comme Sean Penn ou Tim Robbins.

À voir en VF car les mots, les discours ont une énorme importance.