Mot-clé - Naomi Watts

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, décembre 16 2007

« Les promesses de l'ombre »

Excellent film de David Cronenberg. Les acteurs principaux sont époustouflants. On retrouve avec plaisir Viggo Mortensen qui était aussi l'acteur principal de « A history of violence », un autre excellent film de Cronenberg. Vincent Cassel est très surprenant dans son rôle de fils du parrain de la mafia, pas à la hauteur du papa. Naomi Watts est un peu à la traîne par rapport à ses deux compagnons, mais c'est plus dû à son rôle qu'à elle (enfin, il me semble).

Évidemment, il n'y a pas que les acteurs. On pourrait écrire des pages et des pages sur l'histoire racontée. L'histoire est vraiment bien ficelée et tout à fait crédible. Les quelques scènes de violence en sont donc d'autant plus réalistes et fortes. Cronenberg est d'ailleurs connu pour ça : des histoires excellentes, mais très violentes. Il n'est donc pas étonnant que la violence soit encore bien présente, par petite touche mais bien musclée. Dans les bémols, que je retrouve aussi dans les commentaires allocine.fr des spectateurs, l'histoire est un peu courte, j'aurais bien aimé la voir continuer un peu.

Question photos, c'est du très bon. Bizarrement, je ne me souviens pas vraiment de la bande son... je devais être trop pris par le film.

Bref, c'est vraiment du grand Cinéma, celui avec un C majuscule. J'espère revoir rapidement le couple Cronenberg/Mortensen.

lundi, août 20 2007

« 21 grammes »

Whaou, put1 de film :)

C'est aussi excellent que l'est « Babel ». Il faut avouer qu'il s'agit du même réalisateur, raison pour laquelle j'ai acheté ce DVD. Le style de Alejandro González Inárritu se démarque vraiment des autres réalisateurs. Comme dans Babel, nous assistons à un ensemble d'histoires, certaines dans le passé, d'autres dans le futur, où différents personnages se croisent, se mélangent, vivent. Des personnages que tout oppose mais qui finissent par se rencontrer. Je ne peux malheureusement rien dire sans gâcher l'histoire. Ce n'est pas vraiment qu'il y a un suspens mais dès les toutes premières minutes du film, des scènes très courtes se mélangent et vous finissez par ne plus comprendre qui est le mari de qui, qui est malheureux par la perte d'un être cher, qui semble avoir une vie rangée mais semble complètement démoli dans la scène suivante. En fait, le gros intérêt de cette mise en scène est qu'on veut comprendre. On regarde toutes ces scènes et on essaie de les mettre dans le bon ordre. Et ça marche terriblement bien. On finit par recoller les morceaux de l'histoire, on finit par comprendre comment un ex-taulard, reconverti au christianisme, se fait frapper avec une batte de base ball dans une chambre miteuse d'un motel par une femme plutôt bon chic bon genre alors qu'un autre à côté d'eux va se tirer une balle en pleine poitrine (ça fait partie de l'histoire mais sans le reste du contexte, on ne peut pas appeler ça un spoiler).

En dehors du style, de la réalisation, il y a le scénario. Et là aussi, ça vous prend aux tripes. L'histoire est vraiment bien écrite, bien ficelée. C'est très triste, quelque soit la petite histoire que vous prenez mais c'est très prenant. On veut savoir ce qu'il s'est passé, ce qu'il va arriver, comment les personnages vont réagir à tout ce qui leur arrive. C'est vraiment bouleversant.

Bref, je m'arrête là pour ne pas gâcher votre plaisir. Un seul mot pour dire qu'il y a au moins trois excellents acteurs dans ce film. Et quand je dis excellents, ils m'ont vraiment bluffés : Sean Penn, Benicio Del Toro et Naomi Watts. À noter la présence de Charlotte Gainsbourg qui n'a malheureusement qu'un petit rôle dans ce grand film.