Mot-clé - Laurent Lucas

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, mai 20 2007

« Contre-enquête »

Ouah ! Ça, c'est du polar bien ficelé. Je ne comprends pas pourquoi la presse semble avoir descendu ce film. Du suspens, de l'action, des rebondissements... Excellent. Bien que très attentif, j'ai laissé passé une information très importante, d'où le fait que j'ai été surpris par la fin. Il y a aussi des brins d'humour dans ce film assez noir dans le reste (j'ai notamment bien aimé le nom d'un doberman... Sarko :) ).

Jean Dujardin est impressionnant dans ce rôle de père flic dont la fille est tuée. Il est touchant de sincérité, à fleur de peau. J'avais un peu peur que je ne vois de lui que le côté humoriste, mais j'ai complètement oublié cette facette de son talent pour en découvrir une autre : le côté dramatique. Laurent Lucas fait aussi une très belle prestation dans ce rôle de prisonnier qui clame son innocence. Il fait froid dans le dos, le genre de type qu'on ne veut pas croiser la nuit.

Le polar français de qualité est de retour (avec aussi « 36, quai des orfèvres »).

lundi, septembre 26 2005

« Les invisibles »

Je suis abonné aux échangistes... enfin au ciné, je veux dire :)

Après « Peindre ou faire l'amour » avec ses couples échangistes, voici « Les invisibles », histoire d'un musicien qui rencontre sa muse dans un réseau de rencontres par téléphone simplement parce qu'il aime sa voix. Il ne la voit jamais, il ne l'a rencontre que dans un hôtel où il enregistre le son de leurs ébats. Il inclut tout ce qu'il peut dans sa musique : voix, soupirs... Toute son inspiration vient de ses rencontres avec Lisa, cette femme dont il ne connaît que la voix. Elle finit par disparaître, et il va partir à sa recherche.

Comment dire, bon, commençons par les choses qui fâchent : ils auraient dû virer Lio du casting, elle joue mal, elle n'est pas dans le film, mais bon dieu qu'est-ce qu'elle fout là ?

Bon, maintenant que j'ai terminé avec les méchancetés, voyons les bons côtés du film. Une bande son étonnante, provenant principalement des recherches musicales du personnage principal, un Laurent Lucas complètement habité par son personnage. Il est impressionnant de voir ce personnage composer de la musique, rechercher des sons, des voix, des bruits pour créer sa musique... de voir dans quel état sa recherche le met. Comme le dit un des personnages, « je me demandais pourquoi j'entassais autant de disques, maintenant que je vois dans quel état Bruno est lors de la composition de sa musique, je sais que je n'en serais pas capable » (de tête la citation, alors ne m'en veuillez pas trop si ce n'est pas exact). Cette recherche de la musique est filmé un peu comme un documentaire, surtout au début, dans ce qu'on pourrait appeler la première partie, celle des rencontres avec Lisa. La deuxième partie, la recherche de Lisa, nous replonge dans le film.

Bref, un film très étonnant à voir absolument.