Mot-clé - Cécile de France

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, novembre 16 2008

« Mesrine, l'instinct de mort »

Un brin violent pour moi, mais un excellent film. Vincent Cassel se fond complètement dans le personnage. Contrairement à Marion Cotillard et sa prestation dans « La môme Piaf », le maquillage est inexistant (ou encore mieux invisible). Non, vraiment, il m'a impressionné.

De plus, difficile de dire que le film glorifie Mesrine. Certains côtés de cette brute sont très sympathiques, mais d'autres donnent envie de vomir. Il est coléreux, incontrôlable, imprévisible, sans état d'âme. On voudrait le haïr, mais on a plaisir à suivre sa carrière. Très bizarre.

Bref, vivement la suite.

mercredi, septembre 27 2006

« Quand j'étais chanteur »

Très bon petit film. L'histoire est sans surprise. Par contre, les interprétations de Cécile de France et de Gérard Depardieu sont vraiment époustouflantes. C'est impressionnant. J'aurais une certaine tendance à dire de bien grosses méchancetés sur Depardieur mais, là, non, pas possible. Il laisse totalement la place à son personnage. On ne le voit plus. Et c'est certainement pour ça qu'il est bien :)

Bref, +10 pour les acteurs, -4 pour l'histoire... plutôt bien dans l'ensemble.

mardi, mars 7 2006

« Fauteuils d'orchestre »

Légèreté, humour et émotion. On est loin de « Syriana » et de sa complexité, de « Munich » et de son côté sombre, voire paranoïaque. Cet ensemble de petites histoires est très rafraichissant. J'irais bien le voir une deuxième fois.

C'est un film délicieux où on ne peut pas s'ennuyer. Valérie Lemercier est très rigolote, Albert Dupontel est touchant, Cécile de France est... tout ça à la fois : délicieuse, touchante, rigolote. J'ai redécouvert Claude Brasseur, très à l'aise dans cette relation fragile, difficile avec son fils (dans le film).

Et mention spéciale à Dani, que je n'avais jamais vue dans un film auparavant... son rôle lui va à merveille.

mercredi, juin 29 2005

« Les poupées russes »

C'est incroyable à quel point on peut sentir qu'un film sera excellent dès les premières minutes du film. Le ton est alerte, les personnages ont l'air sympa. La musique est agréable, elle est même excellente tellement elle colle à l'histoire. L'histoire ne serait rien sans cette musique. Les effets visuels bien présents ne sont pas lourds mais apportent leur idée du film. Oui, dès les premières minutes, on peut savoir que le film sera excellent.

C'est ce qui m'est arrivé ce soir en allant voir « Les poupées russes ». Cédric Klapish a encore réussi une très belle histoire, humaine, sincère. Il a été bien aidé par son copain Romain Duris. Beaucoup d'autres bons acteurs sont de la partie, de Cécile de France à Kelly Reilly, en passant par Audrey Tautou.

Mais le plus important dans ce film, c'est l'histoire. Elle est bien plus intéressante et poussée qu'il pourrait y paraître. Bien que qualifié de comédie (ce qui est mérité dans le sens où je me suis vraiment bien marré), ce film met le doigt sur pas mal de questions que peuvent avoir des trentenaires. Notamment, Cédric Klapish raconte qu' « En fait, il y deux attitudes dans la vie : rêver et arrêter de rêver. Devenir grand c'est aussi arrêter de rêver. Par contre, c'est important de ne pas abandonner le rêve intégralement parce que sinon, on devient vieux avant l'âge, mais en même temps, il faut savoir ne pas vivre que dans un monde impossible. » C'est la problèmatique posée aux personnages principaux, dont Xavier (joué par Romain Duris).

À voir absolument. Notamment pour la scène des mains qui se parlent, très poétique et si vraie.

ps : je ne crois pas avoir assez insisté sur la musique... elle est grandiose... j'achète le CD demain :) ... pour les impatients, des extraits de la BOF (oui, je suis en train d'écouter ça).
ps2 : bien que ce soit la suite de « L'auberge espagnol », pas la peine de l'avoir vu pour passer un bon moment... j'en suis la preuve vivante.