États-Unis - jour 14, PGWest - jour 3

La bonne nouvelle du jour, c'est que les inscriptions pour le PGDay européen sont en nette progression par rapport à la même période l'année dernière. Du coup, il est encore plus important de s'inscrire rapidement.

La première conférence du jour à laquelle j'ai assisté était celle de Greg Smith sur « Scaling PostgreSQL with Hot Standby ». J'ai pu grapiller quelques infos sur une utilisation avancée de HotStandby, c'était bien intéressant dans l'ensemble, même si le reste était plutôt conventionnel.

Je suis ensuite allé à la conférence de Bruce sur pg_ugrade. Il l'a déjà fait plusieurs fois (contrairement à celle sur MVCC bizarrement). La conférence était passionnante. Il est entré dans les détails du fonctionnement de pg_upgrade et de sa conception. Ces détails, c'est vraiment le point important pour avoir confiance en cet outil. Il a aussi donné quelques chiffres, par exemple une base de 150 Go migrée en 44 secondes, ce qui est assez impressionnant.

Tout le monde était convié à une conférence de Rob Wultsch. Dans une salle remplie de pro-PostgreSQL, il a essayé d'expliquer les points forts de MySQL par rapport à PostgreSQL. J'ai moyennement écouté, étant peu intéressé par les différences entre ces deux SGBD. Puis Joshua Drake a pris la parole pour donner son avis. C'était beaucoup plus intéressant. Il a repris point par point les réflexions de Rob, en expliquant la position des développeurs de PostgreSQL quand il pensait que la réflexion de Rob sur un point précis n'était pas exact, et en acceptant la critique quand il pensait que Rob avait raison. C'était plutôt bien fait, clairement intelligent, particulièrement intéressant. Ce qu'il m'a le plus marqué est arrivé à la fin. Joshua a dit quelque chose du genre : « Oui, il manque des fonctionnalités à PostgreSQL, fonctionnalités que MySQL possède déjà. Mais même sans ses fonctionnalités que j'aimerais pourtant avoir, je préfère PostgreSQL. MySQL, c'est Oracle. Et Oracle n'est pas connu pour être gentil. Ni avec ses concurrents, ni même avec ses clients. Et prenez PostgreSQL. La communauté est là, elle est conviviale. Elle vous invite à présenter une conférence où vous nous critiquez ouvertement. Elle vous offre des bières. Elle est sympa, proche des contributeurs et des utilisateurs. » Je pense le retranscrire très très mal. C'était simple, rapide, bien affuté. J'ai beaucoup aimé.

Après déjeuner, je suis allé voir la deuxième conférence de Greg Smith pour cette journée (il en aura fait trois en tout...). « Righting Your Writes » a approfondi la question des écritures et des disques. Pas mal du tout, mais j'étais un peu fatigué. Pas sûr que j'ai bien suivi tout.

La conférence de Robert Treat était la suivante sur ma liste. « Postgres 9, the other stuff » traite, comme son nom l'indique, des fonctionnalités de la 9.0, en évitant de parler de la réplication. Je n'ai pas appris grand-chose lors de cette conférence, en dehors du fait que Robert a dû l'écrire assez tôt dans le cycle de développement de la 9, ce qui fait que certaines informations étaient inexactes (par exemple VACUUM FULL INPLACE a existé un court moment pendant le développement de la version 9.0 mais a été supprimé avant la sortie de la version finale). Donc, très décevant de sa part.

Enfin, la dernière conférence à laquelle je suis allé est « Building and Distributing PostgreSQL Extensions Without Learning C » de David Wheeler. Je n'avais pas du tout aimé son tutoriel au tout début, j'y suis donc allé avec crainte. Mais en fait, il s'est avéré que cette conférence était passionnante et qu'il a très bien dirigé sa conférence. C'était vraiment intéressant. Il a tout d'abord montré le genre d'extensions qu'il est possible d'écrire sans une ligne de C. Puis il a montré comment utiliser PGXN pour partager son extension. Une des captures d'écran montrait une utilisation du miroir Dalibo pour récupérer une extension :) Bref, je pense que Dalibo a bien fait de sponsoriser ce projet, ça a l'air très bien parti. Il a aussi parlé rapidement du travail de Dimitri Fontaine sur la gestion d'extension au cœur de PostgreSQL (travail sponsorisé par 2ndQuadrant), et ça aussi, ça paraît extrêmement intéressant. Si ces deux projets pouvaient aboutir pour la 9.1, ce serait un grand pas en avant pour la facilité d'administration d'un serveur PostgreSQL.

Évidemment, il y a eu une keynote de fin de session, réalisée par Joshua Drake. C'était plutôt marrant dans l'ensemble, très communautaire. Il a notamment précisé que la prochaine conférence américaine se fera à New York, directement à Manhattan. Gardez des sous de côté, ça risque de ne pas être donné du tout. Il n'a pas donné d'ordre de prix mais ça sera beaucoup plus que les 150 dollars de San Francisco. Sans parler de l'hôtel. Néanmoins, malgré cela, il espère entre 400 et 600 personnes. Ce qui veut dire doubler à tripler l'audience actuelle. Je n'y crois pas même si j'espère qu'il réussira son pari.

Après une bonne discussion avec Greg Smith, je suis parti dîner dans un excellent restaurant de San Francisco avec une douzaine d'autres contributeurs. On a même eu notre propre salle. La conséquence, c'est qu'il y faisait chaud à crever. Mais bon, c'était sympa. Ça permet de bien finir ces trois jours de PGWest.

Commentaires

1. Le dimanche, novembre 7 2010, 13:45 par dim

Hot Standby n'est conventionnel que pour des gens qui ont joué avec avant même qu'il soit distribué dans une ALPHA...

Je partage souvent ton avis, mais rarement la façon de l'exprimer sur un forum proposé à des non-experts qui manquent du recul nécessaire pour comprendre ce qui t'ennuie, je pense :)

2. Le dimanche, novembre 7 2010, 21:44 par Guillaume Lelarge

Oui, je sais où tu veux en venir. Je me suis posé la question moi-aussi car je trouvais que chacun de mes billets avait l'air très négatif sur cet événement. Le but de ce blog a toujours été de dire comment je vois les choses. Et donc, oui, je relate mon expérience personnelle en me basant sur mes connaissances. Et forcément, le problème, c'est que certaines personnes risquent de voir les choses à partir de mon point de vue plutôt qu'à partir du leur. C'est un risque. Et malheureusement, je ne vois pas trop comment empêcher ce problème. Pas sûr que je sois clair. Prenons l'exemple de la conférence sur le HotStandby. Pour moi qui ait déjà expérimenté cette technique depuis un bon moment, j'ai appris très peu de choses, ce qui fait que je suis un peu déçu de son contenu. Par contre, quelqu'un qui n'a jamais essayé HotStandby aurait certainement été ravi d'avoir toutes ces informations. Maintenant, quand je dois raconter cette conférence sur mon blog, je peux le faire de mon point de vue (et ça sera forcément un peu négatif), ou je peux le raconter du point de vue d'une personne ne connaissant pas... mais comment je fais pour raconter ça ?

Une solution pour éviter ce problème est de ne pas se lancer dans la description de chaque conférence (ce que beaucoup font d'ailleurs :-) ). Ou de ne détailler que la conférence qui me fait triper (ce que font d'autres). Je ne sais pas. Mais j'avoue qu'il y a un problème ici.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet