Comment un « expert » Debian peut passer pour un boulet sur Ubuntu

C'est pas vraiment que je me considère comme un expert Debian (surtout moi :) ), mais bon, le reste de l'histoire est réel.

Ce matin, une collègue a un soucis avec son PC. Il ne veut pas démarrer sous le prétexte fallacieux qu'il ne trouve plus le NTLDR (NT boot LoaDeR pour les pas intimes). Ni une ni deux, je sors ma Ubuntu Live pour récupérer les données. Après quelques palabres avec la demoiselle, j'arrive à mes fins et démarre la machine récalcitrante avec le beau CD. Pas de soucis, tout démarre bien, tout est reconnu (je vous passe les détails du clavier posant problème). Super. Première chose bizarre, il ne me monte pas directement le disque. Bon, c'est peut-être plus grave que ce que je craignais. Allez hop, un petit terminal, un fdisk /dev/sda... not found... deux secondes de réflexion. C'est un PC, donc, à priori, pas de disque SCSI. fdisk /dev/hda : Impossible d'ouvrir. Merde. Bon, ça ne marche pas, ma super idée. Je vais passer pour un super boulet. Quelques minutes après, nessie me conseille de récupérer le CD de tests de Seagate. Je télécharge, je grave, je teste : tout fonctionne d'après le programme de tests. Grmbl... donc, mon idée à la base n'était pas mauvaise. Peut-être une vieille version d'Ubuntu (oui, on se rattrape à ce qu'on peut :) ). Je cherche dans mes CD, pas une seule version Live récente... ah si, le Live pour Mono. Bon, essayons. Démarrage/.../Terminal/fdisk /dev/hda : impossible d'ouvrir. Ah mais serait-ce parce que je ne suis pas root... et oui, ça marche. Quel imbécile, que de temps perdu. Bon, je monte le disque. Tout est là, cool. Ma collègue est contente, c'est déjà bien (c'est compréhensible, elle récupère toutes ces données). On se met d'accord sur les fichiers à sauvegarder. Évidemment, je ne dispose pas de samba. J'éteins la machine et je branche un nouveau disque. Je redémarre... je ne détecte plus rien, ni le premier disque, ni le second ! Le BIOS non plus !! Au bout de cinq minutes, je finis par comprendre que j'avais bien branché la nappe sur les disques mais que je l'avais débranché de la carte mère... non mais quel boulet...

Une fois la nappe correctement raccordée, tout s'est bien passé... comme quoi une petite manip déjà effectuée de trop nombreuses fois peut prendre du temps.

Commentaires

1. Le mercredi, novembre 23 2005, 12:05 par Christophe

Hu hu :)
Oui, c'est une spécifité de Ubuntu dont je ne saisis pas bien l'intérêt, cette histoire de root/sudo. Et puis, c'est déstabilisant par rapport à toutes les autres distribs.

2. Le vendredi, décembre 2 2005, 15:23 par Fetard

Pour le NTLDR manquant, ca se répare en 30s chrono avec un CD d'XP sous la main (même pour un Linuxien, c'est bon d'avoir la concurrence sous la main :p)

3. Le samedi, décembre 3 2005, 20:12 par Guillaume Lelarge

Oui, ça se répare. Mais quand je vois un disque se vautrer comme ça, sans raison, je me méfie et j'en change.

Par contre, ça m'intéresserait de savoir comment faire, c'est simple oupa ?

4. Le mercredi, décembre 28 2005, 16:43 par Génial

Super interressante ta vie mec !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet